L’influence de l’indépendance d’Haïti sur le monde

Les Origines de l’indépendance d’Haïti

Indépendance d'HaïtiL’histoire d’Haïti est véritablement singulière dans l’histoire du monde. Elle est même assez incroyable lorsqu’on s’y intéresse de plus près. On apprend assez jeune, dans les manuels scolaires ou autres livres que ce peuple a arraché son indépendance le 1er janvier 1804 au prix d’innombrables batailles face à l’armée française et qu’elle est à ce titre devenue la première république noire du monde. Ce 1er janvier 1804 signe donc l’indépendance d’Haïti.

Pour autant lorsqu’on évoque ce pays aujourd’hui, on pense davantage aux diverses tragédies qui la touchent (pauvreté, catastrophe naturelle, violence, corruption). Cette impression que tous les malheurs du monde s’abattent sur ce peuple. Certains diront même qu’il s’agit des conséquences directes de l’indépendance d’Haïti. Le fait est que l’histoire des terres montagneuse « Ayiti » comme l’appeler les Amérindiens s’inscrit dans plusieurs luttes au cours de sa jeune existence. Des pans de l’histoire de ce pays souvent méconnue. Celle-ci mérite d’être mise en lumière pour comprendre la combativité et l’influence qu’a eue Haïti aux Antilles et dans le monde.

Pour mieux appréhender l’âme de révolte qu’incarne ce pays, il est important de revenir aux prémices. Les premiers habitants de cette terre étaient les Arawak, les Tainos, les Caraïbes. Ils nommèrent leurs pays Ayiti (« terre montagneuse en langues amérindiennes »), ou encore Quisqueya ou Bohio. Leur monde fut bouleversé par l’arrivée des premiers colons et plus précisément par Christophe Colomb le 5 décembre 1492. Ils rebaptisèrent l’ile déjà habitée, sous le nom Hispaniola. Alternativement sous contrôle espagnol et Française. L’ile fut aussi nommée « Santo Domingo » ou « Saint-Domingue », par extension du nom de la capitale fondée en 1502 au sud de l’ile.

Les Amérindiens furent pour la plupart décimer par ces colons européens pour leurs ressources (terres fertiles, or, café). Ils avaient le choix entre la servitude ou la mort (cf. Bartolomé de las casas « la destruction des indes » 1552). On sait aujourd’hui que les peuples amérindiens vers 1495 se sont battus vaillamment pour la survie et la liberté de leur peuple, néanmoins les armes européennes étant les plus puissantes à l’époque les premiers habitants furent massacrés. On doit ajouter à cela, les différentes maladies européennes (tuberculose, grippe, rougeole, etc.) et la mise en esclavage dans les plantations. En quelques décennies, les arawak, taïnos, caraïbes furent décimés (de 3 770 000 en 1496 à 125 en 1570 d’après les travaux de sherbune cook et de woodrow).

Se retrouvant de ce fait à court de main-d’œuvre. Pour leurs profits, les colons espagnols puis français firent venir sur l’ile, des Africains capturés sur leurs terres natales (razzia, commerce triangulaire). Ceci afin de leur imposer des tâches sous des conditions la plus inhumaine et barbare qui soient (viol, torture, violence sont quotidiens dans la vie de ces esclaves). À la fin du XVIII, l’ile du nom de Saint-Domingue est la colonie française la plus riche et puissante (en production sucrière) de tout le continent américain. Entre autres, grâce à l’exploitation barbare d’esclaves noirs africains. D’où le surnom de « perles des Antilles » pour les Français.

Chronique de la Révolution de Saint-Domingue

bois caïmanLa nuit du 14 au 15 aout 1791 marqua un évènement qui changea à jamais l’histoire et le sort D’Haïti. C’est la cérémonie du bois Caïman (dans un bois près du morne rouge). C’est le rassemblement d’hommes et de femmes africain(es) qui font le serment de vivre libre ou mourir. Une femme nommée Cécile Fatiman, prêtresse vaudou et un homme dénommé Lenormand de Mézy qu’on appelait Bookman (esclave possédant la connaissance/il savait lire les livres écrits et le livre de la nature) organisèrent une réunion spirituelle et politique avec de nombreux africains captifs. Une cérémonie s’appuyant sur la lecture des signes de la nature et la compréhension de la métaphysique, que l’on appelle le vaudou.

Une pratique spirituelle africaine, assez mal vue de nos jours, qui paradoxalement est le point de départ et la raison de la révolution de Saint-Domingue. À la suite de cette cérémonie, de nombreux esclaves brulent des centaines de plantations et massacrent les esclavagistes blancs (femmes et enfants compris). Deux années de révoltes s’en suivent, qui débouchera le 29 aout 1793 par l’annoncent de la fin de l’esclavage à Saint-Domingue afin d’arrêter ces carnages.

Les insurrections répétitives de l’ile provoquèrent l’inquiétude et la peur des élites européennes (le slogan des Haïtiens était Koupe Tet Boule Kay soit couper les têtes et bruler les maisons). La crainte principale que cette révolution se propage aux Antilles et en Amérique du Sud. On observe d’ailleurs que la 1re abolition de l’esclavage a lieu le 4 février 1794 dans les territoires français (Guadeloupe) en partie dus au trouble causé par la population de Saint-Domingue. Cette abolition doit tout de même être mise en lien aux nombreuses révoltes des Neg Marron en Guadeloupe.

De grands personnages tels que Makandal, Georges Biassou, Jacques Maurepas, François Capois, Toussaint Louverture, Dessalines jouent un rôle primordial dans la libération de Saint-Domingue. Le documentariste et historiographe N.Y.S.Y.M.B LASCONY disait lors d’une interview à Canal10 (Chaine de TV en Guadeloupe) :

« Haïti a vaincu l’arrogance ! Ceux qui se sont permis de dénier notre humanité ont été vaincus le 18 novembre 1803 lors de la bataille de Vertières ».

En effet, Napoléon Bonaparte mena des expéditions dans toutes les colonies françaises afin de reprendre le contrôle de ces colonies. Tout ceci afin de mettre à nouveau en place le système esclavagiste aboli sur ces iles. La Guadeloupe fut le théâtre de guerre et de résistance héroïque contre l’armée de Napoléon. Des acteurs historiques tels que Louis Delgrès et Ignace entre octobre 1801 et mai 1802 ont préféré mourir plutôt que vivre enchainé.

La bataille de Vertières est donc un véritable symbole pour les Haïtiens et d’autre peuple dans le sens où :

  • Ils ont battu l’une des plus grandes armées du monde de l’époque (l’armée de Napoléon) rien qu’avec des armes rudimentaires (exploit de l’officier François Capois face au général Rochambeau)
  • L’indépendance de l’ile survient à la suite de la bataille de Vertières soit le 1erjanvier 1804.
  • Elle fut une caisse de résonnance et une note d’espoir pour toutes les luttes pour la liberté (Antilles, Amérique du Sud).
  • C’est l’affirmation d’une identité africaine dans la Caraïbe et un modèle de fierté et de dignité. Ce sont les premiers à avoir brisé véritablement les chaines de l’esclavage.
  • Elle devient la 1rerépublique noire et se constitue une armée et une diplomatie.
  • C’est une victoire symbolique, car c’est un acte fondateur qui a permis au noir d’autre contrée de prendre conscience d’eux même, de leurs forces. Elle permit d’entretenir une flamme de révolte chez plusieurs peuples opprimés qui se révoltaient déjà.

La révolution de Saint-Domingue débouche sur l’indépendance de l’ile qu’il baptise Haïti le 1er janvier 1804. Le retour du nom originel de l’ile est tout sauf un hasard. C’est un retour à l’authenticité de la terre face aux atrocités commises par les colons, mais également une décision politique et spirituelle d’une certaine façon (cf. Amzat Boukari-Yabara). Il faut bien comprendre qu’Haïti est inextricablement lié à l’Afrique. On le voit aux pratiques spirituelles africaines telles que le vaudou. C’est aussi la descendance de personnages historiques tels que Makandal, Boukman. Toussaint Louverture est par exemple le fils d’un roi africain Gaou Guinou II (Alada au Bénin).

Une statue lui est d’ailleurs consacrée à Alada pour le commémorer. Nombre de ceux qui ont fait la révolution de Saint-Domingue n’étaient pas forcément nés sur l’ile, mais bien en Afrique, expliquant de ce fait la construction de grands édifices réalisait par des Africains déportés ayant traversé le temps (palais sans soucis, citadelle la ferrière, forteresse, etc.).

Le couronnement de Jean Jacques Dessalines en tant que premier empereur inaugure d’une certaine manière la reconstitution d’un état africain dans les caraïbes (cf. N.Y.S.Y.M.B LASCONY). L’indépendance de cette ile est une véritable onde de choc dans le monde puisque ces nouvelles circulèrent abondamment dans les Amériques et les Antilles coloniales déjà bien agitées par différentes révoltes. Haïti, par la constitution d’une armée et d’une diplomatie porte le projet politique de libérer les noirs, et les peuples opprimés du monde. Elle est véritablement une terre de liberté et d’égalité à cette époque. Pour les colons européens, l’indépendance de ce peuple est un très mauvais exemple et message pour leurs différentes colonies. Ces nations ne voulaient pas voir de nation indépendante noire.

 Influence et conséquence de l’indépendance d’Haïti

L’une des conséquences directes de son indépendance, c’est l’embargo maritime de l’ile par de nombreuses nations telles que La France, le Danemark, l’Espagne, L’Angleterre, la Hollande, la Suède et les États-Unis. Cette grande coalition a pour but d’empêcher Haïti de prospérer et commercer avec le reste du monde. La France va imposer une dette pour la reconnaissance de l’indépendance d’Haïti en expliquant qu’il faut dédommager les propriétaires d’esclaves et banquier d’affaires parisien qui ont perdu leurs biens.

La problématique de la dette nait avec l’indépendance d’Haïti. L’indemnité réclamée par la France s’élève à 150 millions de francs or soit 15 % du budget annuel de la France de l’époque. Elle sera abaissée à 90 millions de francs-or (21 milliards de dollars), des systèmes de jeu financier complexe viendront s’ajouter afin de tirer le maximum de profit de cette dette. La jeune nation mettra 125 ans à payer sa dette… les historiens parlent de la double dette de l’indépendance. Cette double dette a bien évidemment fortement pesé sur le développement et l’évolution économique de l’ile.

Pour autant, tout au long de son existence Haïti ne s’est jamais résigné. Lors de cet embargo l’impératrice Marie-Claire Bonheur Félicité, femme de l’empereur Jean Jacques Dessalines créa la soupe de l’indépendance avec des ingrédients dont elle seule connaissait le secret. Cette soupe permit de résister et de ne pas succomber à la famine. Elle reste aujourd’hui une tradition pour les Haïtiens le 1er janvier.
« Les terres montagneuses » en plus de la double dette devaient faire face à un isolement sur le plan économique et diplomatique de la part des États-Unis et de grande puissance coloniale (France, Angleterre, Espagne, etc.). Ces nations n’exprimaient que du mépris à l’égard du seul état noir né d’une révolution d’esclaves réussie.

Il est important de comprendre que l’indépendance d’Haïti a eu un impact durable sur l’ile en elle-même. Cette révolution a grandement participé à l’émancipation idéologique, politique, mentale et spirituelle d’illustre leader noir dans le monde.

L’influence de l’indépendance d’Haïti sur le monde :


1. La défaite de l’armée française à Haïti (lors de la bataille de Vertière) a entrainé une vague d’immigration blanche (10 000) en Amérique. Cette immigration contribua au développement économique de la Louisiane et de ville comme New York et Philadelphie. La crainte que la révolution de Saint-Domingue se propage et la perte d’un point stratégique pour la France ont entrainé en partie la vente de la Louisiane par Napoléon Bonaparte aux États-Unis. Cette vente au gouvernement américain a permis d’augmenter sa superficie de 22 %.

2. L’indépendance d’Haïti a inspiré de grandes rébellions d’esclaves aux États-Unis telles que les révoltes de Denmark Vesey à Charleston et celle de Gabriel Prosser en Virginie (1800). Ces deux illustres personnages se sont inspirés des faits qui leur ont été rapportés et planifièrent leurs insurrections contre les esclavagistes. La rébellion de Vesey en 1822 est l’une des plus grandes révoltes d’esclaves dans l’histoire des États unis.

3. L’indépendance du Venezuela et de nombreux pays d’Amérique latine sont dus au soutien économique, militaire et idéologique d’Haïti. Simon Bolivar, héros de l’indépendance vénézuélienne face aux colons espagnols a été soutenu par le dirigeant haïtien, Alexandre Pétion via l’intermédiaire de fond financier (secours patriotique) lorsque ce dernier fuira en Jamaïque en 1816. La petite ile servit de pied à terre pour ces révolutionnaires. Les victoires militaires de Simon bolivar et le soutien d’Haïti permis l’indépendance des actuels Venezuela, Colombie, Panama et Équateur. Lorsqu’on observe les drapeaux de l’équateur, Venezuela, Colombie on voit des similitudes au niveau des armoiries et les couleurs du drapeau d’Haïti. Un véritable hommage à Haïti.

4. En 1812, à Cuba, José Antonio Aponte prit la tête d’une révolte d’esclaves et promit à ses compagnons l’aide des soldats haïtiens. Autre figure cubaine, ayant été influencé par la révolution de Saint-Domingue, Antonio Macéo dit le titan de bronze. Grand combattant et héros de lutte pour l’indépendance de Cuba (Guerre de dix ans 1868-1878). Il fut influencé par son père, combattant de la liberté vénézuélienne et de sa mère qui grandit à Saint-Domingue. Les idéaux d’indépendance et d’abolition d’esclavage d’Antonio Macéo découlent de la révolution haïtienne et la libération de l’Amérique du Sud par Simon Bolivar.

5. De nombreuses élites noires de la nouvelle grenade venaient dans le sud de Saint-Domingue afin de préparer des révoltes. Au Brésil en 1805, quelque temps après le couronnement de Jean Jacques Dessalines, des noirs libres et des mulâtres portaient autour de leurs cous des médailles frappées à l’effigie de Dessalines. Après l’abolition de l’esclavage, des marrons de la Jamaïque voulaient mettre fin à l’injustice et à l’oppression en faisant une révolution comme Haïti.

6. Les Haïtiens ont montré la voie à de nombreux peuples noirs opprimés, car 93 ans après cette révolution, celle-ci va inspirer les Éthiopiens, et plus précisément l’empereur Ethiopien Ménélik II. Celui-ci va être conseillé par un haïtien du nom de Benito Sylvain. Il a été l’un des premiers à militer pour l’unité et la solidarité entre les Antillais et les Africains. Si bien qu’il est allé en Afrique, séjournez en Éthiopie et est même devenu l’aide de camp de l’empereur éthiopien Ménélik II.

Peu de gens le savent, et pourtant l’argent des Haïtiens a financé l’armée éthiopienne pour écraser l’Italie dans la bataille d’Adoua. Cette aide financière d’Haïti à l’Éthiopie fut rendue possible par la médiation de Bénito Sylvain. C’est lui qui était à la manœuvre. C’est notamment grâce à cette aide précieuse que l’Éthiopie a été le seul pays africain à n’avoir jamais été colonisé. En guise de remerciements, Bénito Sylvain reçut en 1904 des mains du roi Ménélik la médaille de l’ordre du Sceau de Salomon qui est la plus grande décoration impériale éthiopienne jamais donnée à un étranger. Il reçut également le droit de planter le drapeau haïtien à Addis Abeba, la capitale de l’Éthiopie. De retour aux Antilles, Bénito Sylvain se déclara le représentant des Africains et Afro-descendants colonisés par la France.

7. Haïti, sous la présidence de Jean Pierre Boyer participe à l’indépendance de la Grèce vers 1822 face aux Ottomans. Bien que son économie ne soit pas au point fort. Elle participe à l’effort de guerre en envoyant 25 tonnes de café haïtien destiné à être vendu pour l’achat d’arme, ainsi que 100 soldats noirs en provenance d’Haïti. La petite ile sera la première à reconnaitre l’indépendance de la Grèce.

8. Anténor Firmin, ministre du président haïtien, Florvil Hyppolite est une figure noire moins connue, mais participe à son niveau à la lutte idéologique de la supériorité des races. Il publie de l’égalité des races humaines. Anthropologie positive qui est une réhabilitation de la grandeur historique de la race noire depuis l’Égypte jusqu’à Haïti en réponse à l’essai sur l’inégalité des races humaines d’Arthur Gambineau.

9. Lorsque le Congo accède à l’indépendance le 30 juin 1960, la Belgique tente de saboter l’indépendance de cette jeune nation (les Belges vont provoquer la sécession de katanga pour déstabiliser ce jeune état). La Belgique comptait sur le manque de cadre (élites africaines) afin de reconquérir le pays. L’objectif de Patrice Lumumba, Premier ministre de la République du Congo est de conduire son pays vers l’émancipation mentale et un développement durable. Pour celui-ci Haïti était le seul pays capable de l’aider dans ce projet.

« Haïti c’est là où la négritude s’est mise debout, nous devons collaborer avec les Haïtiens pour nous sortir du joug colonial »

Haïti répondit bien évidemment positivement à cette demande en envoyant plusieurs centaines d’enseignants, médecins, avocats, homme de lettres, agronomes. L’objectif était de faire de l’enseignement un outil de la décolonisation mentale à partir d’une éducation scientifique et nationaliste, touchant les plus pauvres du pays, avec le souci de rompre avec l’obscurantisme enseigné par les missionnaires européens colonialistes. Patrice Lumumba fut assassiné le 17 janvier 1961.

10. En 1958, la Guinée refuse de joindre les rangs de la nouvelle communauté française (le fameux non ! au Général de Gaulle) et accède à l’indépendance sous la gouverne de l’ex-syndicaliste Ahmed Sékou Touré. La France poursuit un blocus contre la Guinée qui rend la vie économique, sociale et administrative du pays difficile. Haïti est intervenu dans le sens de la Guinée pour absoudre ce blocus. Cette nation incarne véritablement l’Afrique dans la Caraïbe. La preuve étant que ce pays, hors d’Afrique à fait sa demande d’adhésion dans l’union africaine en 2012.

11. C’est un haïtien du nom de Jean Baptiste Pointe du Sable qui créa et fonda la ville de Chicago aux USA.

Imaginez-vous donc que cette nation du nom d’Haïti a défié le monde. Elle affirme son identité, combattue et influencée de nombreux leaders noirs tout au long de son histoire. Il est donc essentiel de connaitre ces évènements majeurs afin de décontextualiser l’image d’Haïti dans les Antilles françaises et dans le monde.

Sources :

N.Y.S.Y.M.B LASCONY : Canal 10 et the keke show / AMZAT BOUKARI-YABARA : Africa unite, une histoire du panafricaniste
https://www.liberation.fr/planete/2010/03/25/haitila-dette-originelle_617159
http://www.mhaiti.org/billet/haiti-et-lindependance-de-la-grece-1822
https://www.mediapart.fr/journal/international/100820/la-france-punit-la-guinee-d-avoir-choisi-l-independance
https://www.persee.fr/doc/outre_1631-0438_2003_num_90_340_4052
https://journals.openedition.org/orda/4431

2 réflexions au sujet de “L’influence de l’indépendance d’Haïti sur le monde”

  1. Quel article riche! Bravo!!! On en apprend énormément en lisant, cela permet de comprendre beaucoup de choses… merci beaucoup pour ce beau travail de recherche et pour cette richesse d’écriture.

    Répondre

Laisser un commentaire

error: Content is protected !!