Interview de l’auteur du Kemty , La Planète Takoo

Suite à l’article sur l’afro manga, Bd Afro/ Kemty et la présentation des quelques acteurs caribéens. Therry Dupré l’auteur de La Planète Takoo nous a donné l’occasion lors d’une interview d’en savoir davantage sur son parcours, son œuvre, ses influences, sa vision du manga et ses désillusions.

Qui es-tu ? Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Therry Dupré. Je suis né le 14 juillet 1985 en Guadeloupe aux Abymes. On me connait également sous le pseudo Teyandee, une référence à deux animés : Samurai Pizza Cats et Samourai Champloo.

Quel a été ton parcours ?

J’ai eu un Bac économique ES. Suite à l’obtention de ce bac, je me suis dirigé vers quelque chose qui me passionnait. J’ai intégré l’école Conte à Paris, spécialisée dans les arts appliqués. J’ai poursuivi en réussissant le concours de l’ESRA Supinfograph en 2006 pour faire de la 3D. Je poursuis à Supinfocom une école supérieure de cinéma d’animation établi à Valencienne. La préproduction d’une œuvre devient une véritable passion. Le fait de créer un univers et de le rendre crédible…C’est vraiment quelque chose que je trouve passionnant !!

À quel âge t’es-tu intéressé au manga ?

Je dirais que c’est à partir du Club Dorothée, avec des animés comme Ranma ½ , City hunter , Dragonball, Saint Seiya !! Ces années-là m’ont fortement influencé et comme pas mal de jeunes de mon âge j’essayais de reproduire les dessins de ces différents mangas.

Peux-tu nous dire les mangas qui t’ont le plus marqué ?

-Goldorak et Hokuto no Ken, car c’était les premiers animés que j’ai découverts.

-Saint Seiya et en particulier le personnage Shiryu. J’aimais la relation entre Shiryu et son maitre et la mythologie grecque dans cet animé.

– Kenshin, car le manga n’est pas très long, l’histoire était géniale et on y voit tout le folklore japonais.

Pourquoi t’être lancé dans cette aventure qu’est la bd afro avec ces influences manga ?

J’aimais déjà les mangas, et la préproduction d’une œuvre. Énormément de gens (en particulier les afros descendants français) se plaignaient du manque de diversité dans l’audiovisuel et vu qu’autant de gens se plaignaient et que personne ne le faisait… je voulais contribuer à ma manière (2010).

À cette époque (2014), sans doute naïvement je pensais qu’il y aurait un engouement sur le sujet puisque très peu de personnes s’étaient lancées dans cette aventure.

Ce fut une douche froide sur bien des plans (au niveau du manque de soutien de la communauté afro/des demandes de financements)

Je mentirais si je disais que j’ai tout bien réalisé à mes débuts, mais le constat fut amer. C’est une expérience qui m’a beaucoup appris.

Qu’est-ce qui a changé dans ta stratégie ?

Ce qui a changé dans ma stratégie c’est déjà déjà d’arrêter de chercher de vouloir absolument trouver un grand frère afro qui pourrait me guider, me conseiller dans cette aventure. Parce que des afro plus âgés que moi j’en ai croisé dans le milieu. Mais à part vouloir exploiter mon talent dans leurs propres intérêts, je n’ai rien vu d’autre.

J’ai mis aussi ma vie sociale au placard, j’ai économisé pour financer mon projet. Je me suis lancé dans l’écriture d’un roman qui était de base le court métrage que je voulais réaliser (Thaji the child of the Desert). Grâce à cela, j’ai pu aller au salon du livre à Paris en 2017. Ça a plu. Le roman s’est bien vendu.

Mon Kemty , couvre tous les éléments du tome 1 au tome 3.

Peux-tu nous donner dans les grandes lignes des exemples de la culture afro-caribéenne/africaine que tu as incorporés dans la planète Takoo ?

Plus on va lire la planète Takoo plus je pose les bases de l’histoire. J’ai créé une mythologie et à partir du tome 3, il y a énormément de clins d’œil à la culture afro-caribéenne, mais aussi à différents pays d’Afrique. Je mets en avant la Guadeloupe au niveau culinaire (bokit, dombrés), des tenues typiques et le créole.

Il y a aussi le Djokan dans mon kemty, un art martial amazonien. Il est lié à ma rencontre avec Yannick Théolade, le créateur de cet art martial. Les dessins de la planète takoo l’avaient marqué. Le Djokan tire ses origines des pratiques guerrières, des danses guerrières, des us et coutumes des peuples guerriers d’Amazonie : les Amérindiens, les Bushinengé et les Créoles de Guyane.

Combien de temps il t’a fallu pour conceptualiser l’ensemble de ton histoire, tes personnages ?

De 2009 au 1er synopsis jusqu’à 2016 – ça m’a pris 7 ans d’écriture. Chaque jour j’améliorais l’histoire, le scénario et les personnages.

Combien de tomes sont prévus ? Et combien de temps mets-tu pour réaliser un tome ?

Je suis parti sur une dizaine de tomes, depuis 2016 j’ai déjà les différents évènements et la fin de l’histoire.

Un tome c’est un an, c’est la stratégie que j’ai mise en place.

la planete takooPLTAKOOLa planete takoo

Tome 1 sortie en 2018              Tome 2 sortie en 2019             Tome 3 sortie prévue en 2021

Pourquoi parles-tu de Kemty et non de manga afro-caribéen/ou d’afro manga

Kemty* : (bande dessinée africaine. Contraction de deux mots : Kem qui signifie « Noir » et Ty qui signifie « Image »)

J’ai suivi le processus d’Osamu Tezuka, celui qui a donné ses lettres de noblesse au manga. Le terme kemty est aussi court qu’un manga. Il permet à la diaspora afro de se distinguer, d’avoir un terme pour leur art littéraire. Les codes peuvent être inspirés des mangas, mais il y a un terme propre. L’Amérique a ses comics, le Japon les mangas, etc.. Chaque continent a un nom pour leurs œuvres.

Pour moi c’est Djehuty Biyong , l’Osamu Tezuka afro qui a donné ses lettres de noblesse au kemty. Je continue humblement à mon niveau ce qu’il a commencé depuis un moment déjà.

Peux-tu nous donner les points forts de ton kemty ?

En tant qu’auteur il est difficile de dire les points forts de son œuvre néanmoins les différents retours des lecteurs sont :

  • Les cliffhangers
  • Les clins d’œil à certaines œuvres qui ont marqué mon enfance.
  • La vision que j’ai de ma culture. Ma vision est caribéenne, mais je suis également français. J’ai réussi à mettre ma culture afro-caraïbéenne, et des traits de la culture de l’Europe de l’ouest, la mythologie grecque et l’empire romain dans mon kemty.

Dans ton œuvre tu fais interagir plusieurs civilisations ? Pourquoi ?

C’est important pour moi, j’ai eu l’occasion de beaucoup voyager. J’ai vécu en Guadeloupe, au Bénin. Je suis allée au Japon et dans d’autres pays. Je vis actuellement en Guyane. Tous ces voyages m’ont enrichi et agrémentent mon œuvre. Je mets en avant tout ce qui me plait dans ce monde. La culture de l’autre enrichit les autres. C’est le cœur de la Planète Takoo

Il y a également des personnages albinos dans ton kemty. Y’a-t-il une raison ?

On parle beaucoup de racisme, mais on oublie le racisme envers les albinos, les différentes croyances que l’on a envers eux en Afrique. Je voulais en parler et ça a son importance dans l’histoire.

Tu travailles en auto-édition ? Est-ce que tu peux nous expliquer brièvement en quoi ça consiste et qu’est-ce que ça implique ? Est-ce un avantage ? Un choix voulu ?

Oui, c’est un choix voulu, pour une totale indépendance dans mon œuvre artistique. J’expédie moi-même les tomes. Ces derniers temps, je suis victime du succès de la planète takoo puisqu’il y a trop de demandes par rapport à l’offre.

Je travaille tout seul sur mon œuvre, néanmoins pour les tomes 1 et 2 l’encrage a été réalisé par Ouv (de DragonBall Multiverse) et le tome 3 par Véguito (de DragonBall Multiverse). Je délègue de plus en plus par rapport à la demande.

Est-ce que tu peux vivre de ton manga ?

C’est toujours dur au début, il y a des sacrifices à faire. Pour produire mon œuvre, il faut les moyens financiers pour le produire. Pour ma part, il me faut un travail alimentaire. Je vais par exemple travailler en vélo pour faire des économies.

Qu’est-ce qui te motive à continuer dans cette direction ?

C’est mon rêve de gosse que je réalise malgré la difficulté. Une vie ne mérite pas d’être vécue si l’on ne vit pas ses rêves. Je ne peux pas m’arrêter aujourd’hui après ces sacrifices.

On se prive socialement sur un projet, mais on voit les résultats. C’est gratifiant de voir les gens à la Japan expo qui apprécient ton œuvre, l’engouement qu’il peut y avoir. Ça te booste pour les années suivantes.

J’ai mis mes tripes et tout mon amour dedans.

Un animé est-il prévu pour la planète takoo ?

Oui c’est prévu. Le pré-lancement de la campagne kickstarter a débuté.

https://www.kickstarter.com/projects/teeyandee/the-planet-takoo-la-planete-takoo

Pourrais-tu donner quelques conseils à ceux qui veulent lancer dans l’afro manga, l’afro BD ou le kemty ?

  • Il faut se renseigner sur le type d’œuvre qu’ils veulent faire, car chacun a ses propres codes.
  • Il faut être prêt à faire des sacrifices sinon ça ne fonctionnera pas. On doit être prêt à douter, à être seul avec soi-même tout en réussissant à garder le cap.
  • Ne jamais rien lâcher

Où peut-on se procurer ton kemty ?

Je précise que l’impression ne se fait une fois par an, je suis en rupture de stock. Mais on peut pré commander mon kemty.

https://www.utip.io/laplanetetakoo/shop

 

<- Exclu de l’auteur – couverture du tome 5 de La Planète Takoo

 

Un grand merci à Therry, pour le temps qu’il a consacré à Naosibes pour cette interview.

8 réflexions au sujet de “Interview de l’auteur du Kemty , La Planète Takoo”

  1. Ago, c’est  »Heyt-o », au top l’interview, respect pour le parcours que tu as. On s’est vu il n’y a pas longtemps afin d’échanger sur mon projet personnel de manga..merci encore pour l’échange très constructif.. d’ailleurs en lisant ton interview je me rend compte qu’au final, je dois d’utiliser le terme Kemty aussi du coup vu que mon projet de manga se base ds mon propre pays la GUYANE (française) intégrant les Cultures qu’on y trouve (etc). Fòs !

    Répondre
    • Salut Heyt-o! Oui je me souviens de toi! J’espère que ça t’aidera pour ton oeuvre, si tu as d’autres questions hésite surtout pas! Après tu es libre de faire ce que tu veux mais comme je l’ai dit dans l’article le terme Kemty me semble être le plus approprié surtout si on suit le processus de création d’Osamu Tezuka!

      En tout cas hâte de lire ton oeuvre il y a un réel potentiel si tu prend le temps de bien tout travailler comme il faut il n’y a aucune raison que ça ne marche pas! En tout cas courage pour la suite!

      Et prend le temps d’atterrir sur la planète Takoo de temps en temps entre deux ou trois dessins lol

      Répondre
  2. Je suis très heureuse du talent de mon frère Therry.
    C’est la récompense de son implication, de ses heures de travails qu’il ne compte plus.
    Je suis très fière et lui souhaite d’aller encore plus loin au vu de son talent indiscutable.

    Répondre
  3. Continue ainsi Therry, avec autant de passion que de détermination !
    Tant de chemin parcouru grâce à ton travail pour mettre en oeuvre ce projet tellement novateur.

    En espérant te revoir un jour et je te prendrais les prochains tomes pour ma fille.

    Répondre

Laisser un commentaire

error: Content is protected !!